la direction des hopitaux contre les microbes: protocoles au CH de valence et ailleurs

Publié le par arnaud lavigerie

l'hopital a decouvert il y a quelques années un gros problème: les infections nosocomiales, c'est a dire la maladie que tu n'as pas en entrant et que tu as a la sortie, et que tu attrappes a l'hopital; en effet le patient est tres fragile; il peut choper durant l'hospitalisation un microbe et la c'est le drame, car fragilisé il peut mourir ou très mal aller...
c'etait assez peu connu avant les années 80 et ca a été enormement etudié surtout dans les pays anglo-saxons et la france etait un peu en retard; alors on a créée dans chaque hopital alors qu'il y avait deja un responsable de l'hygiène, un organisme supplementaire le CLIN: comite de lutte contre les infections nosocomiales.
en fait on s'est apercut que le personnel-surtout les medecins- ne se lavaient pas assez les mains-surtout entre chaque patient et passaient donc les microbes; au lieu de faire des vestiaires pour les medecins-comme il y a en principe pour le paramedical et de mettre tout le monde en tunique- faire enlever son costard au prof qui fait la visite ou consulte-, au lieu de mettre plus de savon liquide partout et plus de lavabos, l'administartion hospitalière qui je le rappelle ne comporte aucun medecin-c'est la loi-  a décidé de regarder combien on consommait de sterilium par an. le sterilium est un produit qui s'utlise sans eau et enleve les microbes- ca coute cher et c'est un peu un monopole-.
le CH a divisé la quantité de sterilium consommé par an par le nombre de personnes de l'hopital et a estimé que ce n'etait pas assez et qu'il fallait plus consommer de sterilium; ainsi les medecins du CH de valence se sont ils fait tirer l'oreille "vous consommez pas assez de sterilium" ;  bientot le medecin qui se lave les mains qu'au savon-bien plus doux pour les mains et aussi efficace- sera vu comme un paria et passera au conseil de discipline...vive l'administration francaise vive la france!

Publié dans santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article