poeme detresse

Publié le par raphael olerond

detresse feminine en pacotille,

 le reve est doux,

la realité brise ce souvenir surrané,

qui dans un élan oppressé

est né.

meurs et remeurs fille insensée , fantasme de volupté,

reveries insolites du printemps passé.

reve reve reve encore, et

evanouis toi en incandescence

sur le pavé gris de la realité triste.

 

Publié dans poeme

Commenter cet article